Les armes blanches américaines

Baïonnette M4

La baïonnette M4 fut fabriquée en transformant le poignard de combat M3 pour permettre son montage sur la carabine M1. Elle fut adoptée en mai 1944 et à partir de cette date la fabrication de M3 fut arrêtée.
La lame mesurait 172 mm et était phosphatée, la poignée était constituée initialement d'une succession de rondelles de cuir, puis vint le remplacement par du caoutchouc et enfin des plaquettes en plastique quadrillées avec deux vis ou rivets centraux.

Une bague permettait l'introduction du canon et le pommeau adapté disposait de deux poussoirs à ressort permettant de fixer la baïonnette sur le canon de la carabine.
Le fourreau était du type M8A1 avec une gaine en matière plastique vert olive et une chape en tôle peinte, le passant et la boucle était en toile de couleur kaki.
Cette arme fut fabriquée par plusieurs entreprises durant la seconde guerre mondiale et notamment A.C.C., Aerial, Camillus, Imperial Knives ou encore Utica.

Baïonnette M5 et M5A1

La baïonnette M5 était employée avec le Garand M1, elle possédait une poignée fusiforme avec des plaquettes en matière plastique noire finement quadrillée.
Munie d'une bague et d'un court quillon elle se verrouillait au niveau du pommeau. La lame mesurait 168 mm  et s'adaptait dans un fourreau de type M8A1.
Dans le modèle M5A1, la poignée était demi-galbée en matière plastique noire également mais partiellement quadrillée. Pas de bague sur ce modèle mais un petit téton se longant à l'extrémité du cylindre à gaz de l'arme. La lame mesurait 171 mm se rangeant également dans un fourreau M8A1.

Baïonnette M6

La baïonnette M6 était prévue pour le fusil d'assaut M14, semblable à la version M5A1 mais disposant d'une bague. Elle se rangeait également dans un fourreau M8A1.

Baïonnette M7

La  baïonnette M7 était employée avec le fusil mitrailleur M16 et M16A1. Munie d'une poignée fusiforme garnie de plaquettes en matière plastique noire fixées par deux vis, elle disposait d'une large bague. Le pommeau comportait deux boutons poussoirs à ressort permettant le maintient sur le tenon du fusil.
La lame était d'une longueur de 167 mm et phosphatée, le fourreau était toujours de type M8A1.

Baïonnette M1917

La baïonnette M1917 était celle du fusil US Enfield M1917, durant le conflit vietnamien elle fut remise en fabrication pour s'adapter au fusil à pompe "trench guns" ou nettoyeur de tranchés Winchester modèle M97.

Elle se composait d'une pommeau à bec avec des plaquettes en matière plastique noire quadrillées fixées par deux vis. Elle disposait d'une bague et d'un court quillon.
La lame droite à simple tranchant était longue d'environ 432 mm en finition phosphatée avec une goutière au centre. Le fourreau était en matière plastique.

Machette M1942

La Machette M1942 était longue de 18” (46 cm) fabriquée par l’Ontario Knife Co. Elle fut produite initialement durant la seconde guerre mondiale.

Adaptée pour une utilisation intensive en milieux tropicaux c'était l'outil de base pour les opérations dans la jungle pemettant de se frayer un chemin dans la végétation abondante. La poignée disposait d'une boucle permettant d'attacher la machette lorsqu'elle n'était pas utilisée afin de ne pas la perdre.
En l'absence d'autre arme blanche, elle pouvait également être très utile pour une attaque silencieuse lors d'embuscades.
La machette en elle-même évolua très peu entre la seconde guerre mondiale et le Vietnam en revanche le fourreau fut lui adapté, évoluant vers un modèle M1967 en plastique vert fabriqué par Marmac avec une boucle de ceinture et perçé de plusieurs trous pour drainer l'humidité.

Couteau de survie AFSK Camillus pour pilote

Ce couteau de survie AFSK de la marque Camillus était délivré à tous les pilotes militaires américains. Considéré comme l'un des meilleurs et des plus polyvalents sa lamme était d"une longueur de 5" (127 mm) en acier carbone pour éliminer les reflets. La longueur totale de l'arme était de 9.5'' (241 mm).

Le sommet de la lame disposait d'un bord en dents de scie pour scier des branches ou du cordage. La crosse en acier trempé hexagonale était idéale pour servir de marteau d'appoint. Elle disposait d'une poignée en cuir anti-dérapante et son fourreau était également en cuir avec une poche pour y loger une pierre à aiguiser.
Une première version en 6''
(152 mm) fut d'abord produite par Camillus entre 1958 et 1962, la lame était marquée mais sans date. A partir de 1962 la lame fut réduite à 5'' avec marquage mais sans date. En janvier 1967, les marquages, ainsi que le mois et l'année de production, furent indiqués sur le pommeau hexagonale.
D'autres fabricants tels que produisirent également Milpar
, Utica, et Ontario produisirent également ce couteau.

Dague Gerber Mark II

La dague Gerber Mark II fut créée en 1967 par Gerber Legendary Blades sur base d'un dessin du Capitaine Bud Holzman qui se serait lui même inspiré d'un glaive. D'une longueur totale de 310 mm avec une lame de 175 mm pour un poids d'un peu plus de 200g.
Elle disposait d'une lame double tranchant souvent de forme forme taille de guêpe légèrement élargie à la pointe.

Très appréciée des militaires notamment des Special Forces LURPS ou US NAVY SEALS elle fut très utilisée durant la guerre du Vietnam.
Vers 1971 le coutelier Al Mar qui travaillait pour Gerber, rajouta une série de serration (dentelures) pour que la dague puisse être vendue comme survival knife.
La poignée était généralement en alluminium moulé d'une seule pièce, avec revêtement antidérapant. Le pommeau "judo stick" était spécialement conçu pour pouvoir servir d'arme mortelle lorsqu'il était dirigé vers les centres vitaux nerveux des adversaires.
Il existait également un modèle avec une lame inclinée de 5 degrés par rapport à l'axe de la poignée pour pouvoir être porté prés du corps.
L'arme disposait d'un étui en cuir et cordura, avec ou sans poche pour une pierre à aiguiser.

Couteau de combat Ka-Bar

Le 9 décembre 1942, Union Cutlery proposa un couteau KA-BAR à l'USMC comme arme de combat individuelle en remplacement du Camillus Mark I utilisé à l'époque, le nouveau couteau fut appelé "USN Fighting Knife, Mark II" Après les réglages demandés la première production fut livrée en janvier 1943.
Avec le succès de cette arme Union Cutlery ne réussit pas à satisfaire la demande et d'autres fabricants vinrent s'ajouter pour produire le couteau sous licence "KA-BAR Knives" durant la seconde guerre mondiale. Plus d'un million d'unités furent produites à cette période rien que par Union Cutlery.
Le KA-BAR était un couteau de combat long de 305 mm pour un poids d'environ 500g avec une lame de  7'' (178 mm) en acier carbone très résistante.

La poignée du couteau KA-BAR était formée par l'empilement de 22 rondelles de véritable cuir de vachette, compressées sous forte pression pour produire une masse solide uniforme résistant à l'humidité et aux chocs. Le pommeau en acier massif maintenait le tout ensemble en une seule pièce pratiquement indestructible.
Après la guerre le KA-BAR devenu mythique était tellement connu que Union Cutlery en 1952 changea de nom pour devenir "KA-BAR Knives Inc.".
Durant le conflit vietnamien l'arme se retrouva à nouveau dans plusieurs branches de l'armée, de l'USMC aux Special Forces ou encore dans la Navy avec à chaque fois un marquage spécifique.

Couteau S1 Bowie SOG

Le SOG S1 Bowie fut développé pour les special forces du MACV-SOG durant la guerre du vietnam pour les opérations de reconnaissance et d'infiltration.
Il était communément appelé le "5th Special Forces knife".
Il mesurait 273 mm de long pour un poids de 349g, disposait d'une lame en acier carbone d'une longueur de 159 mm et d'un manche en cuir.