Les bombardiers américains

Martin B-57 Canberra

Type : bombardier biréacteur
Longueur :  20 m
Hauteur :   4,52 m
Poids en charge  :   18300 kg
Vitesse maximum : 960 km/h
Vitesse de croisière : 765 km/h
Rayon d’action :  4380 km
Altitude de vol :   13745 m
Equipage :  2
Armement :  4 canons de 20 mm M39
9 bombes de 227kg dans sa baie centrale, pouvant transporter des charges nucléaires
4 bombes de 340 kg sur 4 points d'accroche externes sous les ailes incluant des roquettes (non guidées)

 Les premiers B-57 qui arrivèrent sur le terrain ne le furent pas dans un rôle offensif de bombardements. La demande en capacité complémentaire de reconnaissance aérienne surtout d'appareils pouvant opérer de nuit aboutit au déploiement en premier lieu du modèle RB-57E entre 1963 et 1966 dans ce rôle au sein de différents projets.
Le déploiement des modèles B-57B de combat pour le bombardement commença à Bien Hoa en août 1964. Mais dès leur arrivée 3 d'entre eux entrèrent en collision. Puis 5 furent détruits et 15 autres endommagés par une attaque au mortier VC en novembre de la même année. Un volume réduit de sorties fut alors décidé pour ce modèle et repris sous le vocable de vols d’entraînement afin de réduire les impacts psychologiques.
En conséquence la première mission de combat fut uniquement menée le 19 février 65 et la première incursion au nord Vietnam eut lieu le 2 mars dans le cadre de Rolling Thunder.
En avril le Canberra commença a mener des missions d'infiltration de nuit avec en soutien des Fairchild C-123 Provider ou des Lockheed C-130 Hercules.

Le 16 Mai 1965, un B-57 armé explosa sur le tarmac à Bien Hoa, provoquant une réaction en chaîne qui détruisit 10 autres Canberra, 11 Douglas A-1 Skyraiders, et 1 Vought F-8 Crusader.
En raison de leur usure au combat, en octobre 1966, les B-57B furent transférés à Phan Rang afin d'assurer des opérations de soutien dans le triangle de fer avec le Canberra B-20 australien.
Le B-57 continua par ailleurs à mener des missions d'interdiction de nuit au dessus de la piste Ho Chi Minh.

Sur un nombre de 94 B-57B déployés en Asie du sud est, 51 furent perdus en combat et 7 d'autres causes. Seulement 9 d'entre eux volaient encore en 1969.Pendant un moment le personnel de la RVNAF eut quatre B-57B à sa disposition mais l'adoption officielle de ce modèle n'eut jamais lieu et après des accidents et différents problèmes, incluant une plainte des pilotes sud-vietnamiens sur la maniabilité de l'appareil, ce programme se termina en avril 66 et les appareils retournèrent au sein de l'USAF.

Les B-57 revinrent en Asie du Sud-Est  sous la forme du Tropic Moon III modèle B-57G déployé en Thaïlande au printemps 1970.
Ils effectuaient des missions d'infiltration de nuit afin de faciliter les mouvements de troupes alliées le long de la piste Ho Chi Minh, ce modèle était équipé de nouveaux capteurs et systèmes de guidage afin d'effectuer des frappes par guidage laser.

Les relatives faibles pertes par sortie durant l’opération Commando Hunt V du modèle B-57G ainsi que de l' AC-130A/E montrèrent que le modèle initial n'était vraiment pas adapté au rôle de "tueur de camion".
La combinaison de ces deux modèles en test conduisit à la production d'un B-57G modifié pour accueillir une tourelle Emerson TAT-161 avec un canon M61 de 20mm dans le cadre du projet Pave Gat.
Les tests du projet prouvèrent que le B-57G pouvait frapper une cible stationnaire ou en mouvement avec son canon de 20 mm de jour comme de nuit et s'attaquer en moyenne à 20 cibles avec son autonomie lui offrant une capacité de destruction 3 fois plus grande que les modèles classiques B-57G armés de bombes. De plus les appareils équipés de ce système pouvait éviter les DCA en tirant de positions décalées contrairement au modèle bombardier qui devait forcément passer au dessus de la cible.
Le déploiement de ce modèle n'eut cependant pas lieu car la décision fut prise en août 71 de démobiliser les B-57 et de les renvoyer aux USA au début de l'année suivante. La période de test du projet Pave Gat devint donc insuffisante et le projet fut clôturer le 21 décembre 71. Dans les fait les escadrons de B-57G quittèrent leur base thaïlandaise en mai 72. Le projet ne fut jamais repris même après la guerre.

Boeing B-52 Stratofortress

Type : bombardier stratégique lourd à réaction
Longueur :  48,50 m
Hauteur :   12,40 m
Poids en charge  :   120000 kg
Vitesse maximum : 1000 km/h
Rayon d’action :  15000 km
Altitude de vol :   17000 m
Equipage :  5-6
Armement :  1 canon M61 Vulcan de 20 mm dans une tourelle de queue commandée à distance.
27200 kg de bombes

Le Boeing B-52 Stratofortress était un bombardier stratégique opérant au sein de l'USAF depuis 1955.
Initialement construit pour transporter des bombes à charge nucléaire, il ne largua que des charges conventionnelles pendant les divers conflits de la guerre froide ou il fut impliqué. Il s'agissait de l'appareil disposant de la plus longue autonomie en vol à l'époque et il pouvait transporter une quantité gigantesque de bombes l’équivalent de 27000 kg.

Avec l'augmentation des tensions en Asie du Sud-est, courant Juin 1964 une trentaine de B-52F furent équipés de racks externes afin de rajouter une capacité supplémentaire de 24 bombes de 340 kg dans le cadre du projet South Bay. Puis 46 autres reçurent les mêmes modifications dans au sein du projet. En Mars 1965, Les États-Unis lancèrent Rolling Thunder, et la première mission de combat, une opération Arc Light fut menée par des B-52F le 18 Juin 1965.

En décembre 1965, des B-52D subirent des modifications pour augmenter leur capacité en bombes tandis que les racks externes étaient conservés pour apporter 24 bombes de 227 ou 340 kg supplémentaires, la capacité interne fut elle aussi également augmentée de 27 à 84 bombes de 227 kg ou 42 bombes de 340 kg. Cette modification portait le nom de "Big Belly" et permettait d'atteindre une capacité totale de 27 215 kg de munitions au sein de 108 bombes.  Avec une telle modification les B-52D pouvaient transporter 9980 kg de plus que les B-52F. Remplaçant ces derniers les B-52D basés à la base de Guam entrèrent en action en avril 66 en Asie du Sud-Est.

Chaque mission durait 10 ou 12 heures avec un ravitaillement en vol par un KC-135 Stratotanker. Au printemps 1967, Les vols commencèrent depuis la base de U Tapao en Thaïlande ce qui offrait l'avantage de ne plus avoir à faire de ravitaillement en vol. Ces missions duraient alors seulement 2 à 3 heures.
Le tout premier B-52 détruit par l'ennemi durant l'engagement au Vietnam le fut à la fin du conflit, il s'agissait d'un B-52D abattu en novembre 1972 par un missile SAM au dessus de la Thaïlande.

L'engagement maximal des B-52 au Vietnam fut atteint lors de l’opération Linebacker II ou pendant 12 jours les B-52 (modèles B et G) effectuèrent 729 sorties, larguant 15237 tonnes de bombes sur Hanoï, Haiphong et d'autres cibles.

31 B-52 furent perdus au Vietnam durant les 126 615 sorties de combat effectuées. Sur ces 31, 18 furent détruits ou nécessitèrent des réparations importantes suites à des tirs en provenance du sol (y compris les SAM), 2 B-52F furent perdus suite à des collisions en vol lors de la toute première mission Arc Light. 7 B-52G furent détruits durant Linebacker II, six par des SAM et un à cause d'une panne technique.
La dernière mission Arc Light eut lieu le 15 août 1973 et tous les B-52 quittèrent définitivement l’Asie du sud-est quelques temps plus tard.

Douglas B-66 Destroyer

Type : bombardier à réaction
Longueur :  22,9 m
Hauteur :   7,20 m
Poids en charge  :   26200 kg
Vitesse maximum : 1020 km/h
Rayon d’action :  3970 km
Altitude de vol :   12000 m
Equipage :  3
Armement :  2 canons de 20 mm dans une tourelle de queue opérés à distance
6800 kg de bombes

Le Douglas B-66 Destroyer était un bombardier léger pour le TAC, dérivé du A3D Skywarrior de la Navy. Il fut mis en service pour assurer le remplacement du Douglas A-26 Invader. Une version RB-66 pour la reconnaissance photo fut commandée en même temps et leur carcasse devint la base de l'autre variante EB-66 destinée à la guerre électronique.
Les livraisons de ce modèle commencèrent en 1956, et 145 de la première version furent produits. Cet appareil fut le plus utilisé pour la reconnaissance photographique par l'USAF durant cette période.

Dans le même temps 72 B-66B version bombardier furent construits soit 69 de moins que sur la commande originale. Et 13 d'entre eux furent modifiés pour devenir une version EB-66B de contre mesures électroniques au Vietnam.  Contrairement au modèle A-3 qui réalisa des missions de bombardement, le destroyer de fut pas utiliser à cette fin au Vietnam.

Une version EB-66C spécialisée dans la reconnaissance et les contre mesures électroniques fut également construite en 36 exemplaires dont certains furent utilisés au Vietnam.

Les dernières versions quittèrent le service au sein de l'USAF en 1973.